Numéro 3, automne 2018

Dans ce troisième numéro, alors que la comète 46P/Wirtanen traîne dans les parages, on laissera les passions indociles s'exprimer en images, on écoutera l'histoire d'un label de "littérature parlée" né à New York dans les années 1950, on rencontrera Francis et son itinéraire de travailleur cabossé, on mettra nos crampons pour dribbler sur le terrain du football féminin, on allumera la télé soviétique pour y regarder des films aux allures hollywoodiennes, on suivra les activistes des Young Lords dans leur lutte contre les inégalités de santé, et on préférera l'amertume des plantes sauvages à l'emprise du sucre. Puis, repu·es de ces aventures, il sera enfin l'heure d'échanger NOS MEILLEURS SOUVENIRS, en s'interrogeant sur la manière dont les archives nourrissent nos mémoires et nos histoires – collectives, politiques, impertinentes ou méprisées.

Le légende de Caedmon (Records)

Quand les oeuvres littéraires entraient dans les foyers

Par Fanny Quément

New York, début des années 1950 : l'industrie du disque est florissante. C'est dans ce contexte que deux femmes, jusqu'alors petites mains du secteur, se lance dans le business sur un créneau particulier : celui de la littérature enregistrée. Retour sur une success story.

« À quatre pattes sous les mobil-homes »

Usure et aplomb au camping

Propos recueillis par Xavier Bonnefond

Responsable technique, Francis raconte ses années passées à faire tourner un camping devenu "village vacances". À mesure que le management s'immisce dans les "infrastructures de tourisme", le corps de Francis s'use et refuse.

160 000

Les footballeuses à l'assaut du stade

Par Mickaël Correia

Les chiffres, notamment à travers la statistique, saturent les médias, les analyses, la publicité. Obscurs, abstraits, réducteurs ou mensongers, ils construisent un monde en trompe-l’œil et font écran à des réalités bien concrètes. Dissection du numéro gagnant.

The Kino project

Portfolio

Série réalisée par Estelle Zolotoff

"Comment se serait nourri mon imaginaire si j'étais née de l'autre côté du rideau de fer ? J'ai photographié des films diffusés à la télévision en URSS dans les années 1970 et 1980. Au-delà des incontournables de l'imagerie soviétique, j'y ai reconnu des images surprenantes."

dossier : Nos meilleurs souvenirs

Les archives qui nous intéressent ici gardent trace de la vie de personnes ou de groupes qui en laissent souvent peu dans les fonds d'archives publiques en raison de leur inintérêt supposé ou de leur fragilité. Comment lutter contre l'oubli ? Comment se réapproprier les codes de la conservation et de la mise en valeur des archives ? Comment constituer un lieu actif, vivant et horizontal où l'archive est une ressource pour la suite ? Panthère Première se penche de le travail de quelques archivistes hétérodoxes...

Grandes missions, petits moyens

Archives publiques : qu'est-ce qu'on garde ?

Par Hélène Brandily

Quand on trie, on élimine. À l'heure des coupes budgétaires dans les services publics, que se passerait-il si les archives n'était plus considérées que comme des stocks et des coûts à réduire ? La récente polémique autour des bulletins de déclaration de l'IVG, promis au pilon, en dit long sur les enjeux politiques et historiens de l'archivage.

« Comme une dépeceuse de viande »

Paule Thévenin et les archives d'Antonin Artaud

Par Maya Mihindou

À qui appartiennent les archives d'un·e écrivain·e ? ? À ses ayant droit, à celles et ceux qui l'ont entouré·e et aimé·e, au domaine public ? Pendant quarante ans après la mort d'Antonin Artaud, Paule Thévenin, une proche du poète, s'est attelée à la transcription solitaire de son œuvre titanesque. Elle fut une gardienne pour certain·es, et une usurpatrice pour d'autres.

Patrimonialisation sauvage

Collage photographique à partir de pochettes de disques vinyles

Par Amélie Laval

Archives des squats

Aperçu de la salle Archives de l'espace autogéré des Tanneries à Dijon

Sortir les archives lgbtqi du placard

Un projet d'archives au subjectif

Par Norah Benarrosh-Orsoni

Dans le troisième numéro de la revue, le dossier thématique « Nos meilleurs souvenirs : quelles archives pour quelles mémoires ? » va à la rencontre d'archives fragiles ou contestées. Afin de soutenir la lutte en cours du Collectif Archives LGTBQI à Paris, nous publions exceptionnellement cet article qui en est issu. Tous les autres vous attendent dans la revue papier, disponible en librairie ou sur abonnement !

lire l'article

Luta ca caba inda / La lutte n’est pas finie

Filipa César et les archives de la guerre d'indépendance en Guinée-Bissau

Par Alice Leroy

En quarante ans, les pellicules des films du mouvement de libération de Guinée-Bissau ont réduit comme peau de chagrin. "Sans intéret", selon la cinémathèque portugaise. L'artiste Filipa César y voit au contraire une matière vivante à bouturer dans les trous de la mémoire collective.

« C’était le système qui nous rendait malade »

Politique et pratiques de santé radicale chez les Young Lords

Par Claire Richard

Dans les années 1970 aux États-Unis, le mouvement révolutionnaire des Young Lords investit le champ de la santé, révélateur par excellence des inégalités sociales et raciales. De dépistage sauvage en occupations de services hospitaliers, cet équivalent latino des Black Panthers développe une conception communautaire du soin tout en faisant fléchir les politiques publiques.

Histoire d’une victoire au goût amer

Ou comment le sucre s'est tiré une balle dans le pied

Par Céline Laurens

Méprisées ou soudainement encensées par la mode culinaire, les « mauvaises herbes » racontent pourtant beaucoup de nos rapports à la nature dans un temps long. Qui de la canne à sucre ou du plantain est l'espèce invasive ?

Horoscope

Par Abstral compost

Collaboratrices de ce numéro

Conception graphique de la couverture : Marion Jdanoff,

Conception graphique de la maquette : Jeanne Gangloff, Eléonore Jasseny, Félicité Landrivon